Les jeux de discrimination


Principe

Comment proposer à nos chiens d’utiliser leur nez pour retrouver un objet marqué d’une odeur spécifique, parmi d’autres objets (identiques ou différents visuellement).

Matériel

  • Un objet marqué par une odeur appréciée de notre chien,
  • D’autres objets aux senteurs neutres,
  • Une pince à spaghetti ou tout autre outil permettant de déplacer les objets sans y laisser notre odeur,
  • Des friandises appréciées de notre chien.

Description et évolution

Pour le jeu décrit ci-dessous, partons du principe que nous disposons de 4 chaussettes identiques, que nous avons lessivées (utilisons des produits les plus neutres possibles et évitons les parfums marqués) afin de les débarrasser de toute odeur parasite. L’une d’entre elles sera marquée de notre odeur, les 3 autres resteront le plus neutre possible.

Etape 1 : installons-nous dans une pièce calme de la maison (dans laquelle il se sent à l’aise). Commençons par intéresser notre chien à la chaussette qui porte notre odeur. Après avoir malaxé la chaussette dans nos mains pendant 4 à 5 secondes (si c’est trop long, notre chien risque de s’impatienter et de nous abandonner avec notre chaussette), nous la posons au sol, devant notre chien. Dès qu’il s’intéresse à elle (la regarde, s’approche, la renifle, la touche du museau ou de la patte, la prend en gueule,…), il reçoit une récompense. On recommence jusqu’à ce que notre chien s’intéresse à la chaussette systématiquement, et de manière la plus engagée (chaque chien proposera naturellement un marquage : toucher de la patte, fixer des yeux en aboyant ou la prendre en gueule par exemple). Si nous souhaitons que notre chien marque sa découverte d’une manière spécifique (par exemple par un aboiement), nous lui apprendrons ce comportement lors de séances de jeux spécifiques.

play-video Vidéo: Marque d’intérêt pour l’objet

Etape 2 : dans la même pièce de la maison, introduisons une 2e chaussette. Pour éviter que la chaussette « neutre » prenne notre odeur, nous pouvons la manipuler avec une pince à spaghetti ou après avoir enfilé un gant, par exemple. Nous la déposons bien visible au sol, à une vingtaine de centimètres de la première chaussette. Nous pouvons également rafraîchir l’odeur de la première chaussette en la prenant en main 1 à 2 secondes. Notre chien reçoit une récompense à chaque marque d’intérêt pour la « bonne » chaussette, celle qui porte l’odeur de nos mains. Si notre chien se trompe de chaussette, on ne réagit pas (pas de soupir, rire, geste,…). Restons impassibles aux propositions erronées.

play-video Vidéo: 2 chaussettes dans la salle de bain            

play-video Vidéo: épices dans des gobelets pour Diana

Etape 3 : dans la même pièce de la maison, introduisons une 3e chaussette (odeur « neutre »), à une vingtaine de centimètres des 2 autres chaussettes. Notre chien reçoit une récompense à chaque marque d’intérêt pour la « bonne » chaussette. Ignorons les propositions erronées. Nous prendrons soin de déplacer les 3 chaussettes, grâce à la pince à spaghetti, dans une chronologie aléatoire. Si nous posons systématiquement la « bonne » chaussette en premier ou systématiquement en dernier, notre chien apprendra rapidement qu’il s’agit pour lui de sélectionner le premier ou le dernier objet posé, sans faire le lien avec l’odeur (ou le manque d’odeur) de cet objet.

Un seul paramètre change entre deux étapes de l’exercice : soit le nombre d’objets, soit l’environnement.

Etape 4 : essayons un changement de lieu, le jardin par exemple. Notre chien reçoit une récompense à chaque marque d’intérêt pour la « bonne » chaussette et continuons d’ignorer les propositions erronées…

Lorsqu’un nouveau paramètre induit une grande difficulté (changement d’environnement par exemple), on peut diminuer le niveau de difficulté de l’un des autres paramètres (revenir à 2 chaussettes : une odorante et une neutre).

play-video Vidéo: 2 chaussettes dans le jardin

play-video Vidéo: 2 gobelets d’épices dans le jardin

Etape 5 : augmenter le nombre de chaussettes progressivement.

play-video Vidéo: 3 chaussettes


play-video Vidéo: 4 chaussettes

Etapes suivantes : tout recommencer… avec de nouveaux objets et avec d’autres odeurs.

Et si nos chiens étaient capables de trouver un mouchoir parfumé au paprika, parmi d’autres mouchoirs parfumés au sel, à la cannelle ou encore au thym ? Ou trouver un vêtement fraîchement marqué de notre odeur au milieu d’autres vêtements également marqués de notre odeur, mais plus ancienne ? Bien sûr, qu’ils en sont capables !

Evitons les contaminations olfactives en utilisant une pince à spaghetti

Evitons les contaminations olfactives en utilisant une pince à spaghetti

 

 

play-video Vidéo: Fripouille cherche une chaussette bleue (odeur plus fraîche) dans du linge bleu, porté par la même personne

 

L’apprentissage sans pression

Ces séances de jeu sont obligatoirement très courtes (inférieures à 5 minutes et 3 séances maximum sur la journée). Chaque séance induit de la réflexion et du travail olfactif qui demandent beaucoup de concentration à notre chien. Si la séance est trop longue ou si nous répétons trop de séances sur la même journée, on risque l’échec. Mieux vaut s’arrêter sur une note positive, même s’il nous semble que le dernier jeu proposé était très facile à exécuter. Les débutants ont besoin de temps pour développer leurs capacités au fur et à mesure. Et n’oublions pas que l’apprentissage se déroule de manière optimale lorsque le chien n’est pas stressé et donc n’est pas mis sous pression.

Dans le même ordre d’idée, il est inutile de « motiver » notre chien en lui répétant la demande (« cherche » par exemple). Pendant que notre chien est concentré sur la sélection de l’odeur à retrouver, il utilise principalement son odorat. Des répétitions de « cherche », « cherche », « cherche » le distraient et submergent ses oreilles et son cerveau d’informations inutiles. Ce n’est que de la distraction, pas de la motivation.

Attention aux « faux » indices olfactifs ! Par exemple, pour un jeu où il s’agit de retrouver un objet que nous avons marqué de notre propre odeur, il est important que les autres objets NE PORTENT PAS notre odeur. Si nous prenons les objets en main, même du bout des doigts, nous déposons des marques olfactives qui risquent de porter à confusions.

Attention aux indices gestuels ! Evitons de déposer systématiquement le « bon » objet en dernier, par exemple. Notre chien comprendra vite que le dernier objet est le bon objet, et il ne fera plus fonctionner son flair.

Il est inutile de les aider outre mesure, par exemple, en indiquant du doigt l’endroit où se trouve l’objet à sélectionner. Fixer l’objet du regard et nous tourner complètement vers l’objet sont déjà des indications importantes. Le jeu consiste à ce que nos chiens développent leurs compétences olfactives, ce n’est pas un jeu de rapidité ou de performance. Lorsque notre chien s’arrête de chercher, le jeu est terminé soit temporairement parce que quelques instants de repos lui suffiront, soit définitivement selon notre chien. Respectons son rythme d’apprentissage.

Respectons également son rythme de récupération : un week-end chargé induit un besoin de repos plus important. L’idéal est alors de proposer à notre chien un jeu de recherche plus facile : quelques bonbons éparpillés, sans les cacher, à la maison ou dans la pelouse feront très bien l’affaire (voir « les jeux de recherche de bonbons »).

Ceux qui ne gèrent pas

Si notre chien n’est pas intéressé par ce jeu, une question s’impose : aime-t-il les friandises que nous lui proposons comme récompense ? A nous de lui proposer des bonbons à la hauteur de ses attentes.

Si notre chien n’est pas intéressé par l’objet, demandons-nous comment le rendre plus intéressant. En ce qui concerne les chaussettes, par exemple, on peut cacher quelques bonbons à l’intérieur et nouer l’extrémité. A nous de lui proposer un objet intéressant et attractif.

Si notre chien aime ces friandises et l’objet mais qu’il ne s’intéresse pas à la recherche, c’est sans doute parce que c’est trop difficile pour lui (physiquement si notre chien est vieux, malade ou blessé / émotionnellement si notre chien n’est pas à l’aise dans l’environnement par exemple / si nous avons zappé des étapes dans la progression de l’apprentissage). A nous de leur proposer un jeu à la hauteur de leurs capacités physiques et/ou émotionnelles.

Certains chiens pourraient également accepter le jeu avec certains objets mais pas avec d’autres : des clefs en métal par exemple ne sont pas très agréables à prendre en gueule.

Par contre, si notre chien apprécie « trop » l’objet, il le gardera pour lui et ne le rendra pas. Pour les séances de jeux ultérieures, utilisons du matériel qui n’est pas trop apprécié de notre chien. Nous pourrons également lui apprendre à donner sur demande au cours de séances de jeux spécifiques.

Si notre chien commet beaucoup d’erreurs, vérifions que nous n’avons pas introduit une odeur parasite sur les objets utilisés. Si le jeu consiste à sélectionner un objet qui porte notre odeur, n’avons-nous pas malencontreusement contaminés les autres objets avec notre odeur ou l’odeur des récompenses ? Prenons un tas de linge portant l’odeur d’une même personne, et demandons à notre chien d’y trouver une chaussette dont l’odeur est plus fraîche. Un chien aguerri pourra résoudre ce jeu, mais pas un chien débutant.

 

A RETENIR

  • Proposer des friandises appréciées de notre chien ;
  • Proposer un objet apprécié de notre chien ;
  • Augmenter la difficulté, paramètre par paramètre ;
  • Proposer un apprentissage sans pression ;
  • Des séances courtes s’imposent ;
  • Proposer un jeu adapté aux besoins, aux attentes et aux capacités de notre chien ;
  • Attention aux odeurs parasites.

 

activités pour chiens épanouis stimulations mentales et jeux d'olfaction

Activités pour chiens épanouis