L’objet perdu


Principe

Il s’agit de proposer à nos chiens d’utiliser leur nez pour retrouver un objet que nous avons malheureusement perdu, en promenade par exemple (notre GSM, les clefs de la voiture,…).

 

Matériel

  • Un objet apprécié de notre chien,
  • Des friandises appréciées de notre chien.

 

Description et évolution

Etape 1 : Installons-nous dans une pièce calme de la maison (dans laquelle il se sent à l’aise). Commençons par intéresser notre chien à l’objet choisi, nous dirons une chaussette. La chaussette est posée au sol, devant notre chien. Dès qu’il s’intéresse à elle (la regarde, s’approche, la renifle, la touche du museau ou de la patte, la prend en gueule,…), il reçoit une récompense. On recommence jusqu’à ce que notre chien s’intéresse à la chaussette systématiquement, et de manière la plus engagée (chaque chien proposera naturellement un marquage : toucher de la patte, fixer des yeux en aboyant ou la prendre en gueule par exemple).

Etape 2 : dans la même pièce de la maison, tenons-nous debout, à proximité de notre chien et laissons tomber la chaussette au sol, à la vue de notre chien, bien visible au sol. Notre chien reçoit une récompense à chaque marque d’intérêt pour la chaussette.

Etape 3 : dans la même pièce de la maison, tenons-nous debout, un peu plus loin de notre chien et laissons tomber la chaussette au sol, à la vue de notre chien, bien visible au sol. Notre chien reçoit une récompense à chaque marque d’intérêt pour la chaussette.

Un seul paramètre change entre deux étapes de l’exercice : soit la distance par rapport à notre chien, soit hors de la vue du chien, soit l’environnement, soit la visibilité de l’objet.

Etape 4 : dans le jardin, tenons-nous debout, à proximité de notre chien et laissons tomber la chaussette au sol, à la vue de notre chien, bien visible au sol. Notre chien reçoit une récompense à chaque marque d’intérêt pour la chaussette.

play-video Vidéo: Marque d’intérêt pour l’objet perdu

Lorsqu’un nouveau paramètre induit une grande difficulté (changement d’environnement par exemple), on peut diminuer le niveau de difficulté de l’un des autres paramètres (réduire la distance par exemple).

Etape 5 : marchons dans le jardin avec notre chien et laissons tomber la chaussette, hors de la vue du chien, bien visible au sol. Arrêtons-nous et invitons notre chien à chercher la chaussette.

Notre langage corporel aidera notre chien si nous sommes complètement tournés vers l’objet perdu, ainsi que fixer l’objet du regard.

play-video Vidéo: Augmenter la distance

Etape 6 : marchons dans le jardin avec notre chien, le long d’une bordure à proximité d’un seul herbeux et laissons tomber la chaussette, hors de la vue du chien, dans les herbes. Arrêtons-nous et invitons notre chien à chercher la chaussette.

play-video Vidéo: Rapport de l’objet perdu

Etape 7 : commençons à « perdre » notre chaussette en promenade.

Le changement d’environnement induisant une difficulté importante, diminuons le niveau de difficulté de l’un des autres paramètres (réduire la distance par exemple ou choisir un endroit où la visibilité sur l’objet est totale).

Etapes suivantes : tout recommencer… avec un nouvel objet (portefeuille, pantoufle, porte-clefs,…). 

play-video Vidéo: Ink retrouve des clefs perdues

play-video Vidéo: Fidji retrouve son jouet perdu en promenade

play-video Vidéo: Nano retrouve son jouet perdu en promenade

 

L’apprentissage sans pression

Ces séances de jeu sont obligatoirement très courtes (inférieures à 5 minutes et 3 séances maximum sur la journée). Chaque séance induit de la réflexion et du travail olfactif qui demandent beaucoup de concentration à notre chien. Si la séance est trop longue ou si nous répétons trop de séances sur la même journée, on risque l’échec. Mieux vaut s’arrêter sur une note positive, même s’il nous semble que le dernier jeu proposé était très facile à exécuter. Les débutants ont besoin de temps pour développer leurs capacités au fur et à mesure. Et n’oublions pas que l’apprentissage se déroule de manière optimale lorsque le chien n’est pas stressé et donc n’est pas mis sous pression.

Dans le même ordre d’idée, il est inutile de « motiver » notre chien en lui répétant la demande (« cherche » par exemple). Pendant que notre chien est concentré sur la piste de l’objet perdu, il utilise principalement sa vue et son odorat. Des répétitions de « cherche », « cherche », « cherche » le distraient et submergent ses oreilles et son cerveau d’informations inutiles. Ce n’est que de la distraction, pas de la motivation.

Il est inutile de les aider outre mesure, par exemple, en indiquant du doigt l’endroit où se trouve l’objet perdu. Fixer l’objet du regard et nous tourner complètement vers l’objet sont déjà des indications importantes. Le jeu consiste à ce que nos chiens développent leurs compétences olfactives, ce n’est pas un jeu de rapidité ou de performance. Lorsque notre chien s’arrête de chercher, le jeu est terminé soit temporairement parce que quelques instants de repos lui suffiront, soit définitivement selon notre chien. Respectons son rythme d’apprentissage.

Respectons également son rythme de récupération : un week-end chargé induit un besoin de repos plus important. L’idéal est alors de proposer à notre chien un jeu de recherche plus facile : quelques bonbons éparpillés, sans les cacher, à la maison ou dans la pelouse feront très bien l’affaire (voir « les jeux de recherche de bonbons »).

 

Ceux qui ne gèrent pas

Si notre chien n’est pas intéressé par ce jeu, une question s’impose : aime-t-il les friandises que nous lui proposons comme récompense ? A nous de lui proposer des bonbons à la hauteur de ses attentes.

Si notre chien n’est pas intéressé par l’objet, demandons-nous comment le rendre plus intéressant. En ce qui concerne les chaussettes, par exemple, on peut cacher quelques bonbons à l’intérieur et nouer l’extrémité. A nous de lui proposer un objet intéressant et attractif.

Si notre chien aime ces friandises et l’objet mais qu’il ne s’intéresse pas à la recherche, c’est sans doute parce que c’est trop difficile pour lui (physiquement si notre chien est vieux, malade ou blessé / émotionnellement si notre chien n’est pas à l’aise dans l’environnement par exemple / si nous avons zappé des étapes dans la progression de l’apprentissage). A nous de leur proposer un jeu à la hauteur de leurs capacités physiques et/ou émotionnelles.

Certains chiens pourraient également accepter le jeu avec certains objets mais pas avec d’autres : des clefs en métal par exemple ne sont pas très agréables à prendre en gueule.

Par contre, si notre chien apprécie « trop » l’objet, il le gardera pour lui et ne le rendra pas. Pour les séances de jeux ultérieures, utilisons du matériel qui n’est pas trop apprécié de notre chien. Nous pourrons également lui apprendre à donner sur demande au cours de séances de jeux spécifiques.

Dès que notre chien a compris que nous devenions extrêmement maladroits et que nous perdions vraiment très souvent notre objet, il est possible qu’il devienne hyper-vigilant et qu’il nous observe à outrance. A nous de respecter le seuil de tolérance de notre chien.

 

A RETENIR

  • Proposer des friandises appréciées de notre chien ;
  • Proposer un objet apprécié de notre chien ;
  • Augmenter la difficulté, paramètre par paramètre ;
  • Proposer un apprentissage sans pression ;
  • Des séances courtes s’imposent ;
  • Proposer un jeu adapté aux besoins, aux attentes et aux capacités de notre chien.

 

activités pour chiens épanouis stimulations mentales et jeux d'olfaction

Activités pour chiens épanouis